Hinweis an den Benutzer

Veuillez activer Javascript pour cette page pour pouvoir jouir toute la fonction d’ufamed.ch!

Bild Headerbild 1 Bild Bild Bild Bild Bild Bild
Equiflorin

Equiflorin{hoch}®{/hoch}

  •  
  • Composition
  • Dextrose
    Lactose
    Bicarbonate de sodium
    Chlorure de sodium
    Chlorure de potassium
  • Colique?? Borborygmes après la mise en pâture?

    Pour bon nombre de chevaux, la mise en pâture leur procure un maximum de sensations : ils peuvent enfin se défouler, se mouvoir librement, manger autant qu’ils veulent. Malgré tout, l’herbe grasse ne réussit pas à tous les chevaux. Certains chevaux ne supportent mal le changement d’alimentation qu’au printemps, d’autres présentent plus de problèmes en automne lorsque la qualité de l’herbe change. Il existe en revanche des chevaux qui présentent des symptômes de colique, de légers à forts, de manière continue, et ce pendant toute la saison de pâture.

    En quoi consiste exactement une colique chez le cheval?

    La colique se traduit par des douleurs abdominales, c’est-à-dire que tous les organes internes peuvent être à l’origine des douleurs. Chez le cheval, il s’agit le plus fréquemment des intestins, mais les signes de colique peuvent également être provoqués par la vessie ou les reins. Chaque cheval réagit différemment à la douleur: alors que les uns deviennent un peu plus calmes et regardent fixement le mur, les autres se jettent dans tous les sens sous l’effet de douleur. Malheureusement, il ne s’agit pas là d’un bon indice concernant l’intensité de la douleur ou la dangerosité de la cause. Ainsi, une colique constitue toujours une situation d’urgence qui doit être évaluée par un vétérinaire expérimenté.

    Voici les signes typiques de colique:

    • Piaffer avec les sabots de devant
    • Le cheval regarde sans cesse en direction du ventre
    • Il mord en direction du ventre
    • Il tape contre le ventre avec les pattes arrières
    • Il se vautre souvent
    • Il est immobile
    • Il geint et grince des dents
    • Il éructe/rote
    • Tentative répétée d’uriner (fréquent en cas de constipation du côlon)

    Mais il a y toujours des chevaux qui manifestent la douleur sous une tout autre forme, par ex. en se cabrant soudain violemment ou en ne fixant que le mur et en serrant les lèvres.

    Bactéries probiotiques et prophylaxie de la colique

    Si on constate qu’il arrive souvent au cheval de ne pas supporter le changement de pâture ou l’herbe, on peut, sur les conseils d’un vétérinaire, influencer la composition des bactéries intestinales au moyen d’un complément alimentaire, améliorant ainsi la digestibilité de l’herbe.

    Les chevaux dépendent d’une flore intestinale intacte, c.-à-d. d’une population bactérienne. Elle est vitale pour le cheval. Les bactéries intestinales s’occupent de «digérer» la cellulose brute dans le côlon du cheval. Pour cela, ces populations bactériennes doivent avoir une composition précise. Il existe des bonnes comme des mauvaises bactéries. Le cheval a besoin du plus grand nombre possible de « bonnes » bactéries et du plus petit nombre possible de bactéries « nocives ». La quantité de bonnes ou de mauvaises bactéries présentes dans l’intestin dépend, entre autres, de l’alimentation absorbée par le cheval. Lorsqu’à l’occasion d’un changement d’alimentation (mise en pâturage, trop de fortifiants, etc.) les bactéries nocives se multiplient plus rapidement et plus efficacement que les «bonnes bactéries utiles», on observe dans le meilleur des cas l’apparition de « borborygmes » et d’une légère diarrhée, dans le pire des cas celle d’une violente colique, d’une inflammation du côlon menaçant le pronostic vital du cheval (colite X) et d’une fourbure. Pour empêcher cela, on peut administrer au cheval un «LC1 pour chevaux». Mais les chevaux ne digèrent pas non plus très bien les laitages et la quantité correspondante de « LC1 » pour un cheval ne serait pratiquement pas abordable. C’est pourquoi il existe des produits tels que Equiflorin®, qui sont parfaitement adaptés à l’intestin du cheval et aux bactéries dont il a besoin. Les « bonnes » bactéries intestinales probiotiques contenues dans Equiflorin® traversent l’estomac et entrent dans le côlon par l’intestin grêle. Lorsque la quantité de « bonnes » bactéries est suffisamment importante, elles peuvent évincer les bactéries nocives. De plus, ces bactéries probiotiques empêchent les bactéries nocives d’adhérer à la paroi intestinale, modifient le pH du contenu intestinal en faveur du cheval, forment une barrière muqueuse protectrice sur la paroi intestinale. Par ailleurs, le système immunitaire tant spécifique que non spécifique, est stimulé, améliorant la résistance vis-à-vis des maladies infectieuses. Les diarrhées ou crottins liquides réagissent souvent aussi très bien aux bactéries probiotiques. Il est important que de telles bactéries soient administrées à l’animal pendant une période suffisamment longue. Tout comme pour un « LC1 », en l’absence d’administration, l’effet des bactéries probiotiques disparaît à nouveau avec le temps.

    Lors du traitement d’une colique, de telles bactéries intestinales probiotiques de ce genre, qui sont également contenues dans Equiflorin{hoch}®{/hoch}, sont souvent administrées par le vétérinaire lui-même au moyen d’une sonde naso-œsophagienne. Ces bactéries ne représentent toutefois qu’une partie du traitement et il est très important d’administrer également d’autres médicaments adaptés à la cause respective.

    À titre de prophylaxie de la colique (=prévention), on peut, en tant que propriétaire, également, au cours de la saison à risques, administrer de manière régulière des bactéries probiotiques, telles que celles contenues dans Equiflorin{hoch}®{/hoch}

  • Indication importante

    Comme ufamed AG ne vend que des médicaments sur prescription, elle ne peut livrer ceux-ci à des personnes privées. Celles-ci sont priées, lors de questions, de s’adresser directement à leur vétérinaire ou pharmacien.  

  • Présentation
  • Boîte de 1 kg
Mise à jour de l'information Octobre 2013